Mouvement de grêve Police

Communiqué du syndicat Solidarité NC,
Concernant la suspension du mouvement de grève
prévu le vendredi 24 août devant la DRHFPT.

Le jeudi 23 août à 15 heure un huissier à remis un courrier au brigadier chef principal de la police municipale qui devait comparaître le lendemain à 10 heure devant le conseil de discipline pour des propos tenus sur Radio Océane dans l'émission "coup de gueule" ou sous couvert de l'anonymat il regrettait la dégradation du partenariat avec la police nationale.

Le courrier remis par huissier l'informait du changement, "pour des raisons d'organisation" du lieu ou devait se dérouler le conseil de discipline. Initialement prévu à la DRHFPNC, "immeuble Iékawé", il était transféré au 4ème étage de "l'immeuble Bui Duyet", place des cocotiers. Hors, conformément aux obligations légales du dépôt d'un préavis de grève dans la fonction publique, nous avions déposés celui-ci, plus de 5 jours ouvrables avant la date de la grève de soutient à notre adhérent, prévue devant la DRHFPT pour le vendredi 25 août. Il nous est également fait obligation lors du dépôt du préavis sous peine de voir qualifier le mouvement de grève d'illégal de préciser le lieu, l'heure, les motifs et la durée de la grève.

Dans ces conditions nous avons décidé de suspendre le mouvement, plutôt que de manifester notre soutient à notre adhérent devant un bâtiment où ne se déroulait pas le conseil de discipline.
Comment interpréter le changement du lieu du conseil de discipline à la dernière minute? "Pour des raisons d'organisation",comme précisé dans le document remis par huissier, c'est à dire qu'il n'y avait pas de salle disponible pouvant contenir 10 personnes autour d'une table à l'immeuble Iékawé! Ou afin d'entraver un mouvement de grève légal, en rendant le
lieu de celle-ci incohérent ? A chacun de se faire son opinion, ce qui est certain c'est que notre détermination est intacte!


Et que nos revendications sont toujours d'actualité, qu'il s'agisse de l'arrêt des procédures disciplinaires abusives et orientées au sein de la mairie de Nouméa ou du déplacement par mesure conservatoire du directeur de la police municipale mis en examen depuis un mois par un juge d'instruction pour des faits de harcèlement moral.


Concernant le déroulement du conseil de discipline. Celui-ci a duré trois heures et il faut remarquer que le résultat du vote des membres du conseil ne fut pas fournit au mis en cause et à son avocat. Bizarrement nous ne connaissons donc pas l'avis rendu par le conseil de discipline.


Solidairement votre.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 30/04/2014